Le mémoire "Architectes" des Villes informelles porte sur l'analyse des structures de fonctionnement des bidonvilles et sur la justesse que nécessite toute intervention d'architectes ou d'organisme dans ces endroits. Ce mémoire se base sur l'analyse d'exemples concrets en Amérique Centrale et en Amérique Latine, et sur les travaux de recherche d'autres architectes.

Il en est ressorti qu'une très bonne volonté peut, s'y elle n'est pas parfaitement adaptée, pousser les habitants de ces villes dans des conditions de vie pires qu'avant intervention, et ce dans un temps très court. Préjugés, hypothèses de nécessités et cadeaux sont à bannir. L'analyse, le temps, le partage, l'implication de chaque partie, et surtout des futurs habitants ou usagers, l'adaptabilité et l'ouverture d'esprit sont des conditions de base nécessaires, car les codes diffèrent des nôtres.

En guise d’approfondissement de mes recherches, de confrontation de la théorie avec la pratique, et d’acquisition d’une nouvelle approche de l’architecture, j'ai mis en place un volontariat auprès de deux organismes en Equateur. N'ayant pas trouvé à intervenir en milieu urbain, les actions menées se sont déroulées en milieu rural. 

Organismes :

  • Funhabit à Pujili, dans une zone montagnarde et volcanique

  • Partenariat avec la Mairie de Limón de Indanza, Amazonie

    Projet  : Avec la Communauté de San José del Catazho

Projets en Volontariat : Interventions Raisonnées des Architectes 

Projet qui donne suite à la rédaction du mémoire de fin d'Etude "Architectes" des Villes Informelles